WordPress

WordPress est le logiciel le plus populaire pour construire son site internet. Il semble simple à utiliser et on crée son site en quelques minutes. En réalité c’est un logiciel complexe et on se rend compte que beaucoup de sites l’utilisant sont mal conçus et mal référencés sur les moteurs de recherche. Pire, comme c’est un logiciel très populaire c’est une cible favorite des hackers. Pourtant en utilisant bien WordPress on peut construire un site performant, moderne et bien référencé assez facilement.

WordPress est un autre exemple de l’utilité du mouvement pour le logiciel libre.

Comprendre WordPress

On utilise WordPress en téléchargeant les fichiers sur le site et en les installant sur notre serveur. Il y a plus de 1500 fichiers à installer ce qui donne une idée de la complexité du programme. On installe aussi une base de données qui alimentera le site. WordPress construit des sites dynamiques en code PHP. Pour afficher une page on interroge une base de données qui construit une page à la volée constituée de plusieurs fichiers dynamiques.
On peut aussi utiliser la version en ligne du logiciel hébergée sur les serveurs de WordPress. Pour un référencement optimal la première solution est préférable.

Les principes de base

WordPress permet de construire 2 sortes de pages, fixes ou dynamiques. Dans un site internet il y a des informations qui changent peu souvent et qu’on met à jour à l’occasion, quelques pages fixes. Et puis pour les actualités, les produits, les annonces, il y a les pages dynamiques, dans WordPress on les appelle articles. Si notre site ne sert qu’à afficher des informations fixes il vaut donc mieux utiliser un autre système plus simple comme Bootstrap.

Pages fixes

On commence donc à construire son site en créant les pages fixes:

  • Pourquoi ce site
  • Qui ce site
  • Contact
  • Etc…

Toute page internet doit avoir son title et sa description unique; la page doit commencer par un titre h1 indiquant le mot-clef défini dans le reste du texte. Les pages fixes sont plus faciles à optimiser, ce sont les portes d’entrée du site.

Pages dynamiques

Les pages dynamiques servent à diffuser un fil d’actualités, ce sont les articles. Ils sont classés par catégories et marqués avec des étiquettes. Ils sont aussi automatiquement renseignés par date et auteur. En écrivant un article on va renseigner la base de données pour pouvoir ensuite classer les articles selon certains critères et afficher le résultat selon nos besoins. Le principe est d’avoir peu de catégories principales, les sous-catégories nécessaires et quelques étiquettes très ciblées, ça simplifiera la gestion des menus. Le menu principal comprend en général des liens vers les catégories principales (articles) et quelques pages fixes.

La page d’accueil

WordPress offre 2 choix pour la page d’accueil, une page fixe ou une page affichant le fil des articles avec un résumé. Le choix dépend de l’objectif du site. Le site « Chroniques de Chertsey » publie des articles d’actualité, l’indexation se fait plus facilement avec une page dynamique. Le site « L’Artisan du Web » propose des articles éducatifs qui ne dépendent pas de l’actualité, je cherche plutôt à indexer le concept de site éducatif et j’ai rédigé ma page d’accueil en conséquence.

Les widgets

Les widgets sont des contenants qui permettent d’ajouter des bouts de code à notre page pour la personnaliser facilement. Chaque thème WordPress a ses widgets de base et on peut en ajouter avec des extensions. Le plus courant est Derniers articles qui crée une liste de liens d’articles en commençant par le dernier, le widget permet de gérer le nombre d’articles, le titre, etc… mais il y en a de toutes sortes. Il y a des widgets pour ajouter du texte, des images, des archives, des nuages d’étiquettes. Ce sont des fonctions qu’il suffit de renseigner et positionner sans être obligé de toucher au code PHP. La fonction Visibilité permet de les afficher selon certains critères.

Gestion des menus

WordPress permet de construire autant de menus qu’on en a besoin et de les afficher selon certaines circonstances. Ça permet une grande souplesse dans l’organisation de notre site. Pour construire un menu il suffit de le nommer, lui ajouter des liens, nommer ces liens et le positionner avec un widget. Comme tout les widgets on peut ensuite l’afficher selon nos besoins avec la fonction Visibilité: Montrer si… ou cacher si…. Un menu ne s’affichera pas sur la page d’accueil, un autre s’affichera seulement si telle catégorie ou telle étiquette. En planifiant et en structurant bien son site on peut ainsi adapter l’affichage à ses besoins de façon très précise.

Les thèmes

 Choix du thème

Il y a tellement de thèmes disponibles que le choix est difficile. Les questions basiques à se poser sont: à qui s’adresse le site, de quelles fonctions avons nous besoin. Un photographe a besoin d’un design épuré et de fonctions spécifiques aux images. Un site de commerce a besoin de fonctions spécialisées comme un panier d’achat. Le thème donne un point de départ qui évitera de trop toucher au code, que ce soit pour la mise en page ou pour les fonctions.

Il faut ensuite s’assurer de la pérennité du thème. Les thèmes doivent être constament mis à jour pour rester performants et sécuritaires. Pour ce site j’ai choisi le thème GeneratePress qui semble très apprécié pour ses performances par les webmasters. Pour les « Chroniques de Chertsey » j’avais choisi Twenty-Sixteen qui est le thème de base fourni avec WordPress pour l’année 2016, je suis ainsi assuré des mises à jour du thème pour plusieurs années.

On peut changer de thème assez facilement mais si le nouveau thème ajoute ou supprime des fonctions il faudra réviser le site pour vérifier que tout fonctionne.

Modifier le thème

Chaque thème offre des possibilités de mises en page personnalisées. On peut agir sur l’affichage, le nombre de colonnes, l’emplacement des menus et des widgets. Si on connaît les codes HTML et CSS on peut aussi très simplement l’utiliser dans nos pages et nos articles. On peut même écrire directement dans les fichiers du thème avec l’éditeur intégré dans l’interface d’administration. Si la taille et la couleur d’un texte ne nous convient pas il suffit en effet d’ajouter un peu de code en rédigeant notre article pour surcharger le style normal. Si la modification doit être faite pour toutes les pages on ajoute une règle CSS dans le fichier prévu.

Comme les thèmes sont mis à jour régulièrement, si on modifie les fichiers du thème les changements seront perdus à la prochaine mise à jour du thème. Pour préserver les modifications il faut créer ce qu’on appelle un thème-enfant. Je n’entrerai pas dans les détails techniques mais on concentre ainsi ses modifications dans quelques fichiers faciles à gérer. Par exemple pour modifier le texte qui apparaît dans le pied de page d’un nouveau site WordPress et qui, par défaut est le nom du thème et un lien vers WordPress il suffit de modifier le code du fichier footer.php.

Le thème GeneratePress (version payante) permet d’éviter la nécessité des thèmes-enfants et offre une très grande liberté de mise en page, je comprends à l’usage pourquoi les webmasters le recommandent.

Les extensions

Le logiciel WordPress est libre, tout le monde peut l’utiliser gratuitement, son code est ouvert et une communauté très active y travaille. Comme tous les logiciels libres, WordPress offre toutes les fonctions de base nécessaires mais ce n’est qu’un noyau sur lequel on va pouvoir installer les extensions qui nous sont utiles et uniquement celles là. Les besoins ne sont pas les mêmes pour tous, on part du simple vers le compliqué. Encore une fois il y a tellement de choix qu’il faut bien y penser, trop d’extensions installées peuvent ralentir le site ou même entrer en conflit. Il faut aussi s’assurer que les extensions sont compatibles avec le thème utilisé.

Sécurité

Étant très populaire, le logiciel est très bien connu des hackers et une de leurs cibles privilégiées. La sécurité doit donc être la priorité à l’installation du programme. Il faut protéger le compte administrateur, empêcher les robots de tester des mots de passe aléatoires, protéger et sauvegarder la base de données, empêcher les commentaires malicieux et le spam.

Référencement

Il y a tellement de sites internet que les moteurs de recherche doivent faire un choix pour proposer leurs résultats. Les sites bien structurés et optimisés pour le référencement seront toujours favorisés. Par défaut et si on l’utilise bien, WordPress est bien référencé mais il y a moyen d’améliorer facilement le travail en utilisant une extension SEO. Elle permettra de rédiger un titre et une description unique à chaque page, d’automatiser l’indexation auprès de Google et Bing (fichiers sitemap.xml et robots.txt, outils webmaster), d’ajouter les metadonnées pour les réseaux sociaux. Elle vérifiera aussi le plan du document, hiérarchie des titres, longueur des phrases et des paragraphes, présence et position des mots-clefs.

Performance

On peut facilement mesurer la performance d’un site avec des outils comme Page Speed. Pour afficher une page il faut télécharger et assembler beaucoup de fichiers ce qui peut être très long et désagréable pour le visiteur. Pour améliorer la performance il faut premièrement faire attention aux images, les optimiser et les compresser, ne pas en abuser car ce sont les plus gros fichiers. On peut ensuite activer le cache du serveur, compresser les fichiers avant de les envoyer, nettoyer régulièrement la base de données, etc… avec des extensions spécialisées.

Les sites Webmaster de Google et Bing offrent de nombreux conseils et aides pour optimiser le site, il faut absolument s’y inscrire.

Utilitaires

Une fois que les fonctions de base du site sont assurées on peut ajouter quelques extensions selon ses besoins. Certaines comme Jetpack sont comme des couteaux suisses aux fonctions multiples, d’autres comme les galeries d’images sont très spécialisées, tout dépend de nos besoins. Un site de commerce utilisera WooCommerce. Il y a vraiment une multitude de possibilités. Il faut là aussi faire attention à son choix. Si on change son extension galeries de photos le code de la nouvelle ne fonctionnera peut-être pas et il faudra revoir chaque page du site.

Je ne suis pas un spécialiste de WordPress mais après 2 années à l’étudier je pense avoir suffisamment compris son organisation pour aider ceux qui le découvrent à mieux le maîtriser. En regardant les sites des autres, amateurs et professionnels, je me suis rendu compte que souvent les sites sont acceptables visuellement mais n’ont aucun sens pour un robot d’indexation. Comme un lecteur d’écran fonctionne sur le même principe, il ne pourra pas lire le site lui non plus. Un site doit être conçu pour les visiteurs mais aussi pour les robots.

WordPress est conçu et optimisé pour nous aider.

Laisser un commentaire